Souvenir de janvier 1993

« Bien. Vous voilà arrivés au crépuscule d’un nouveau groupe. On pourrait même dire au big bang du groupe. »

FabriceSeptembre 1992, Joël Michiels et Renaud Rutten organisent, sous le label d’ImproVisé (première troupe d’impro dans l’histoire de Liège) des stages d’initiation à l’impro. Je m’y inscris (merci à Vito de m’y avoir encouragé). Je m’éclate. Cela dure quelques semaines, quelques mois. Ces moments restent, à mes yeux, des moments de pure insouciance, de pur bonheur.

 

Bref. Janvier 1933. Un noyau se forme (à force de s’être côtoyés chaque semaine, on s’est dit qu’on avait peut-être quelque chose d’important à partager et à créer).

La première rencontre a lieu quelque part sous les hauteurs de Seraing. Il y a dans ce groupe une jeune fille qui … comment dire…aime encore bien attirer l’attention sur elle, qui aime se faire remarquer (suis sûr que vous connaissez ce genre de personnes).

Nous lui donnerons le prénom d’emprunt de Gertrude (si tu lis ce programme, Gertrude, tu as mon amical bonjour). Il est 20h30. Joël Michiels, en bon mentor, prend la parole (je vous jure que c’est véridique) : « Bien. Vous voilà arrivés au crépuscule d’un nouveau groupe. On pourrait même dire au big bang du groupe. ». Et là, au mot « big bang », Gertrude tombe sur les genoux et s’écrase la tête contre le sol.

Silence.

On se regarde. On connaît tous Gertrude et son besoin d’être sous les feux des projecteurs. On se dit « Ouais, pas mal, big bang et paf la chute. Ok, c’est bon, tu peux te relever maintenant, Gertrude ».

Fabrice - Eric - StéphaneMais non. Un filet de sang venant de son visage se répand sur le sol. Gertrude fait une crise d’épilepsie. Un du groupe lui fait le bouche à bouche. On appelle les secours.

Ambulance, infirmiers, … Quelque sanglots par-ci, quelques fous rires nerveux par-là…

Ca s’appelle commencer en force un nouveau groupe… un vrai big bang !